Les coliques de sable chez le cheval

Les coliques de sable, encore méconnues de nombreux cavaliers, sont en réalité, une douleur abdominale intense à la suite de l’ingestion de sable en grande quantité par le cheval.

Mais comment cela est t-il possible ? Explication.

L’environnement du cheval, un facteur déterminant

Ce type de coliques est en corrélation directe avec l’environnement du cheval. En effet depuis plusieurs années, les chevaux ont de moins en moins d’espaces disponibles, ce qui se traduit par un manque cruel d’herbes à disposition, alors que le cheval lui, passe toujours la plus grande partie de sa journée à manger afin de s’occuper.

Le problème qui se pose également est le surpatûrage. Avec le manque de place il est difficile de faire tourner les chevaux d’une pâture à l’autre afin de laisser le temps à l’herbe de repousser correctement.

Tout ceci va avoir pour répercussion que les chevaux « usent » et mange tout dans leurs pâtures et finissent par ingéré de la terre et du sable qui pèsent lourdement sur l’intestin et commence à éroder la muqueuse.

Les coliques de sable sont le plus souvent rencontrées chez les chevaux vivant dans les milieux secs, qui évoluent sur des terrains sablonneux et non verdoyants. Certaines régions de France comme le Sud sont plus touchés par ce phénomène de colique de sable. Ce sont des régions plus arides et sèches ou il pleut moins souvent et l’herbe ne repousse pas ou très peu.

La prévention, la meilleure des solutions

Il est primordial dans ce cas là, de ne pas nourrir les animaux à même le sol mais plutôt dans une mangeoire ou un seau. Dans l’idéal, le foin devrait être suspendu en filet, mis en râtelier ou distribué dans un grand bac à foin.

Un astucieux filet à foin qui se suspend

Nourrir les chevaux à volonté est également une solution qui évite que les chevaux ne passent leur temps à fouiller le sol poussiéreux du bout du nez à la recherche de brindilles ou ne se jettent sur des petites touffes d’herbe avec frénésie, arrachant de petites mottes de terres ou de sable avec les racines.

Pour les chevaux qui sont souvent sujets au coliques de sable , il est recommandé de donner du psyllium. Une plante originaire d’Inde et dont les graines agissent comme un régulateur de transit, en normalisant la consistance des selles.

Attention : le psyllium étant un laxatif, il est donc préférable de le réservé à des chevaux qui font des coliques répétitives ou dont les comportements sont à risques (lécher le sol, manger les racines sablonneuses des herbes arrachées, etc.).

Reconnaître une colique de sable

Lorsque le sable (ou la terre) s’accumule de façon excessive dans le colon, elle entrave le passage des matières alimentaires, créant ainsi une accumulation de gaz qui distend l’intestin source de douleurs.

Ces dernières font naître des spasmes pouvant engendrer des contractions péristaltiques anormales et entraîner un déplacement ou une torsion de l’intestin.

Il existe des symptômes caractéristiques d’une colique de sable qui surviennent avant les symptômes douloureux de la colique en elle -même. C’est une diarrhée persistante qui va concerner environ 35% des chevaux. Elle est le résultat de la perturbation de l’absorption des nutriments et de l’eau.

Viennent ensuite les symptômes classiques d’une colique à savoir :

  • Cheval couché
  • Transpiration
  • Cheval qui gratte le sol
  • Muqueuses congestives (couleur rose foncé), voire violacées en cas d’état de choc du cheval
  • Cheval se regardant les flancs etc…

En attendant votre vétérinaire, pensez à bien hydrater votre cheval afin d’éviter une déshydratation trop importante.

Les coliques des sables sont très dangereuses et peuvent entraîner la mort du cheval si elles ne sont pas prises à temps. Dès les premiers symptômes, nous vous conseillons de prendre contact avec votre vétérinaire. Il pourra alors agir rapidement et vous conseiller au mieux sur le traitement envisagé.

Astuce : Réaliser son propre test de sédimentation

Exemple de réalisation d’un test de sédimentation grâce à un gant en plastique
Crédit image : Clinique Charol’vet

Vous souhaitez savoir si votre cheval ingère du sable ? Pensez régulièrement à faire un test de sédimentation sur votre cheval : simple à réaliser il vous permettra de vérifier l’absence de sable dans les intestins.

Pour réaliser ce test rien de plus simple :

Munissez vous d’un long gant en plastique (n’hésitez pas à en demander à votre vétérinaire).

  • Récolter quatre ou cinq boules de crottin de votre cheval, en veillant à prendre celles qui n’ont pas été en contact avec le sol
  • Remplir le tout avec 1 l d’eau
  • Bien mélanger
  • Attacher le gant et laisser sédimenter 10 minutes.

Le sable ou les petits gravillons vont tomber en bas du gant. Il vous suffira simplement de toucher le bas du gant avec vos doigts pour sentir si il y a du sable ou non.

Si vous constatez une quantité importante de sable ou en cas de doute, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire.

En prévention, nous vous conseillons :

Sand X Pell

Sand Clear

Pysllium pur des Indes